Club CNRS 2018-2019
Les activités du projet Thalès et du Club CNRS redémarrent
Le 18 octobre les élèves de TL1 se sont rendus au Lazaret Ollandini pour visiter le musée Marc Petit en compagnie du sculpteur et de François Ollandini

 

 

le 18 octobre nous apprenons que notre candidature pour participer au concours du livre sciences pour tous a été retenue.
La candidature des élèves du collège Laetitia avec lesquels nous travaillons a aussi été retenue. Au programme cette année : les origines de la vie
Lancé depuis 2006 et parrainé par l’Académie des sciences depuis 2008, le prix du livre « sciences pour tous » est un prix littéraire de la culture scientifique. Il s’agit de faire décerner ce prix par des élèves de la classe de seconde, pour les lycées, et par des élèves de quatrième, pour les collèges, à l’auteur d’un ouvrage de culture scientifique qui aura su les séduire.

le 19 octobre 2018 : nous avons reçu Marc Lachièze-Rey, astrophysicien, directeur de recherche au CNRS et membre du conseil scientifique de notre Club CNRS jeunes, sciences et citoyens qui est venu nous parler de l’origine de l’univers.
Les élèves ont pu profiter de deux conférences : la première à 15h pour les élèves de seconde qui travaillent sur le thème des origines de la vie et la seconde à 18h30 pour le grand public.

 

le 15 novembre les élèves de 2nde5 et 2nde8 se sont rendus à la faculté des sciences de l’université de Corte pour participer à la « fête de la science » et ,dans ce cadre, à de nombreux ateliers animés par des animateurs du CSTI A  Rinascita, des enseignants de l’université ou des étudiants. Des vocations sont peut-être nées

Du 19 au 21 novembre nous avons reçu Samuel Boissier.
Samuel Boissier est astrophysicien, chercheur au laboratoire d’astrophysique de Marseille. Il est aujourd’hui impliqué dans de nombreux projets et s’investit beaucoup dans la vie du LAM, de l’OAMP, membre du conseil scientifique du PNCG (Le Programme National de Cosmologie et Galaxies), il est membre de l’ESO et est depuis 2016 président de l’AF2A ( association française d’astronomie et astrophysique) et il est aussi membre de notre conseil scientifique. Un public nombreux était au rendez-vous ( de 12 à 90 ans..) pour découvrir ou redécouvrir les Galaxies.

L’évolution des galaxies : La transformation de l’univers: des milliards d’années d’évolution et encore quelques surprises
Les galaxies sont des objets fascinants qui peuvent être composés de centaines de milliards d’étoiles. Déchiffrer leur histoire est un des grands domaines de l’astrophysique. Ce sujet est d’autant plus
intéressant qu’il est intrinsèquement lié à la cosmologie (le destin de l’univers dans sa globalité), et à notre petite histoire à nous, être humains, embarqués sur une petite planète tournant autour d’une étoile que nous appelons Soleil, dans une galaxie parmi un nombre… astronomique de ces objets!
Au cours de la conférence a été abordée la grande transformation de l’univers depuis le Big Bang, il y a un peu plus de 13 milliards d’années, dans laquelle les galaxies jouent un rôle important et , dans ce contexte , le cycle d’évolution qui se déroule au sein des galaxies, mais aussi leur formation tumultueuse dans un contexte cosmologique. Malgré des décennies d’études des galaxies, nous continuons à découvrir de nouveaux objets qui remettent en question nos idées. C’est le cas des galaxies très diffuse et très difficile à distinguer du fond du ciel (« galaxies à faible brillance de surface », « ultra-diffuse galaxies »). Grâce aux progrès des détecteurs et aux grands télescopes, nous pouvons à présent les détecter et les étudier. En fin d’exposé quelques exemples de ces nouvelles galaxies nous ont été proposées , et les moyens avec lesquels nous les observons.

Le 21 novembre ce fut au tour des Term S1 et des 2nde 8 de venir à la rencontre de Samuel Boissier Conférence .
Au programme : l’état des recherches dans le domaine des exoplanètes. Pendant des milliers d’années, l’humanité s’est demandée si « d’autres mondes » existaient. C’est seulement depuis quelques dizaines d’années que nous avons la réponses. Nous pouvons dire aujourd’hui que la plupart des étoiles sont très probablement entourées d’exoplanètes, comme le Soleil emporte avec lui les planètes du système solaire.
Après avoir introduit le sujet des exoplanètes, Samuel Boissier a expliqué comment nous parvenons maintenant à les détecter, a évoqué la très grande diversité des astres que nous avons découvert et leur
habitabilité potentielle. la conférence s’est achevée par un état des lieux des projets observationnels sur lesquels les astronomes travaillent aujourd’hui, y compris au Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, pour poursuivre l’étude des autres mondes.

 

Après Samuel Boissier nous avons eu le plaisir de recevoir Thomas Solatges, ancien élève du Lycée qui est venu nous faire partager le fruit de ses recherches

jeudi 20 décembre
Conférence élèves ( TSI et 1ère SI): de 10h à 12h
« Du lycée à la thèse en robotique: Conception d’un robot attrapeur de drones de 7m de long »
Cette conférence est une présentation des travaux de thèse de Thomas Solatges, ancien élève du lycée Laetitia Bonaparte:
« Faire une thèse qui vise à concevoir, fabriquer et tester un système capable de lancer et récupérer des drones depuis un navire, c’est une drôle d’aventure, dans laquelle on peut se retrouver quelques années après le lycée. Je reviens partager avec vous mon parcours, cette expérience et le résultat de mes recherches. » Dans les coulisses de la recherche fondamentale, se cachent des systèmes et des technologies d’une incroyable complexité. La conférence aborde le cas des véhicules spatiaux (satellites, sondes, atterrisseurs, etc.) du point de vue de l’ingénieur: Quels défis doivent-être relevés? Comment sont-ils conçus? Pourquoi sont-ils si complexes? Les expérimentations en vol Zéro-G (vol parabolique) permettent de recréer les conditions d’impesanteur pour servir diverses recherches. Membre d’une équipe sélectionnée par l’agence spatiale européenne (ESA), Thomas Solatges, ancien élève du lycée Laetitia Bonaparte, partage son expérience de conception, mise au point et tests en impesanteur d’un système de contrôle d’attitude (orientation) pour les micro-satellites de demain.

Conférence tout public à 18h
« Technologies des systèmes spatiaux et expérimentations en vol parabolique »
Dans les coulisses de la recherche fondamentale, se cachent des systèmes et des technologies d’une incroyable complexité. La conférence aborde le cas des véhicules spatiaux (satellites, sondes, atterrisseurs, etc.) du point de vue de l’ingénieur: Quels défis doivent-être relevés? Comment sont-ils conçus? Pourquoi sont-ils si complexes?
Les expérimentations en vol Zéro-G (vol parabolique) permettent de recréer les conditions d’impesanteur pour servir diverses recherches. Membre d’une équipe sélectionnée par l’agence spatiale européenne (ESA), Thomas Solatges, ancien élève du lycée Laetitia Bonaparte, partage son expérience de conception, mise au point et tests en impesanteur d’un système de contrôle d’attitude (orientation) pour les micro-satellites de demain.

le 21 décembre les terme S1 sont partis à la conquête des  «  exoplanètes »

Janvier 2019 Reprises des conférences 

Mardi 29 janvier à 18h : Conférence tout public de Marc Giberneau :Origine, évolution & diversité des interactions plantes – pollinisateurs.

La pollinisation est le processus qui permet au grains de pollen d’atteindre les pistils des fleurs, de féconder les ovules et donc assurer la production de graines. Ce transport du pollen se fait rarement par l’eau ou le vent mais principalement par des insectes (84% !!!). La végétation terrestre actuelle (environ 365.000 espèces) est très majoritairement constituée de plantes à fleurs (ou Angiospermes) puisque ce groupe de plantes représente 85% des végétaux que nous côtoyons !! Cette diversité d’espèces est intimement liée à la diversité des fleurs (forme, taille, couleur, odeur, organisation,…) mais aussi à une grande diversité de systèmes de pollinisation et de spécialisations florales. Ainsi certaines fleurs produisent de la chaleur, d’autres imitent un mammifère mort, ou émettent des phéromones sexuelles afin d‘attirer leurs pollinisateurs et réussir à se reproduire.

Mais il n’en a pas été toujours ainsi par le passé. En effet les plantes à fleurs sont apparues, probablement il y a plus de 200 millions d’années ; mais il faut « attendre » le début du Crétacé, il y a environ 125 millions d’années, pour voir une « explosion » de leur nombre d’espèces.

Comment expliquer ce succès évolutif, naissance de si nombreuses espèces et domination écologique des paysages ? Plusieurs hypothèses non exclusives existent écologiques (colvolution avec les insectes pollinisateurs), physiologiques (acquisition des ressources minérales),… Mais pour mieux comprendre l’histoire des plantes à fleurs il faut se plonger dans le passé … et les fossiles !

Lundi 4 février à 9h : conférence d’Angélique Quilichini  à destination des 2nde8 ( cadre du concours du livre sciences pour tous): l’origine de la vie

Lundi 18 février à 18h
Conférence tout public de Philippe Granarolo :Nietzsche et la Méditerranée
Comment un philosophe allemand, qu’on nous a présenté pendant près d’un siècle comme un nationaliste allemand et même comme un ancêtre du nazisme, a-t-il pu mettre le cap au sud et passer tous ses hivers au bord de la Méditerranée ? Comment cet Allemand qu’on nous a dit fou de germanité a-t-il pu à ce point vénérer la Méditerranée, et particulièrement l’Italie ?

Mardi 19 février à 9h
Conférence de Philippe Granarolo à destination des élèves ( TL1 et TL2) :La vie est-elle pensable ?
Ce titre quelque peu énigmatique abrite une interrogation majeure relevant en partie (mais en partie seulement) de la philosophie de la connaissance. La question se décline de plusieurs façons. 1° Peut-on connaître la vie ? Qui oserait le nier à l’heure où triomphent la biologie et ses prodigieuses applications ? Mais est-ce bien la vie qui est ainsi connue, ou bien les structures matérielles sur lesquelles elle s’appuie, structures qu’elle déborde de toute part ? La vie ne semble pas rentrer aisément dans le schéma général du savoir objectif 2° Peut-on juger la vie, au sens d’une évaluation de celle-ci ? Tout jugement étant (jusqu’à preuve du contraire) énoncé par un vivant, la question de savoir si l’on peut juger la vie nous enferme à l’évidence dans un cercle vicieux. Mais que la réponse soit négative n’est pas sans poser d’immenses difficultés. 3° Peut-on alors au moins penser la vie ? Quelques philosophes s’y sont risqués, mais il est frappant de constater que ce projet les a contraints à remodeler leur définition de la pensée. Kant, Nietzsche, Bergson, et Michel Henry nous accompagneront dans ce périple.

vendredi 22 février à 13h

Conférence de Dominique Lambert à destination des 1ère S1 et des TS1 : la physique-chimie de l’atmosphère